islande géologie conférence exposition terre inachevée débat

L'UNIVERS

L'univers selon les vikings (extraits de l'Edda de Snorri Sturluson)

 

Le chaos:

 

Au début, avant que les cieux, la Terre et la mer fussent créés, l'immense gouffre Ginnungagap était informe et vide et l'esprit de Fimbultyr s'est transporté vers l'abîme jusqu'à ce que les rivières glacées, s'écoulant de Niflheim, entrent en contact avec les flammes ardentes de Muspell. C'était avant le chaos.

Et le père universel a dit: que les gouttes de vapeur se changent en être vivant, et le géant Ymir est né au milieu de Ginnungagap. Il n'était pas un dieu, mais le père de toute la lignée des géants du mal. C'était le chaos.

 

Le cosmos:

 

Ymir devant être abattu pour rétablir l'ordre, Odin et ses frères lui portèrent une blessure mortelle. De son corps ils façonnèrent l'univers: avec sa chair, la Terre; avec son sang, la mer; avec ses os, les roches; avec ses cheveux, les arbres; avec son crâne, les voûtes du ciel et avec ses cils, la forteresse de Midgard. Les dieux ont ensuite créés l'homme et la femme à leur image à partir du tronc de deux arbres, et leur ont insufflés la vie.

 

 

Fin de l'univers, Ragnarök:

 

La fin n'est pas toujours ultime. A la crise succède parfois une phase de renouveau, le début d'un autre monde. Dans la mythologie scandinave, le Ragnarök (« destin des puissances » en vieux norrois), s'ouvre ainsi sur un long hiver qui dure 3 ans. Puis c'est le déferlement titanesque: le soleil et la lune sont engloutis par des loups, la Terre s'ouvre et les monstres se libèrent, la cohorte des génies du feu foule pour la dernière fois l'arc en ciel... S'ensuit une grande bataille, où les hommes doivent combattre au côté des dieux contre les puissances du désordre. Dans les joutes, peu de vies sont épargnées; l'embrasement universel a raison de tout; le feu devient un lugubre vainqueur. Alors tout peu recommencer, les dieux survivants rencontrent le dernier couple d'humains, qui repeuplera la Terre.

 

La prophétie de Ragnarök a été popularisée par l'opéra wagner: L'anneau du Nibelung.